Aout - septembre 2011

Zoom formation

Un homme et une femme se rencontre pour entretien © yanlev - Fotolia.com

Un moment privilégié, privé et authentique.

« On ne peut évaluer ses compétences dans un domaine que l'on ne connaît pas. »
- Dr Jean-Louis Etienne

L'entretien professionnel - 2

Nous avons déjà abordé le contexte de l'entretien professionnel. Nous nous sommes mis à la place du manager qui prépare et dirige l'entretien. Et dans un entretien, il faut être au moins deux. C'est ce deuxième personnage dont nous approchons ici la préparation à l'entretien professionnel. Voyons la discussion et sa formation préparatoire en tant qu'employé.

La formation VR2 incite d'abord l'employé à faire le point sur son propre parcours et ses acquis, productions et compétences. S'il est difficile de rester objectif dans cette démarche, on peut tout au moins donner des axes de référence et d'auto-appréciation.

Une évaluation personnelle

Liens connexes

Comment gérer les conflits ?

La gestion des conflits (management)

Le management inter-générationnel

L'entretien professionnel : l'employé

La croix et la bannière

L'entretien professionnel : rôle du manager

Manager la motivation et la performance des seniors

L'entretien de seconde partie de carrière

Premièrement, l'employé peut réfléchir à sa place dans l'entreprise. A-t-il le sentiment de faire un travail, une tâche, de répondre à un besoin, voire d'accomplir une mission ? Les mêmes activités peuvent être perçues différemment. Illustrons notre propos.

Imaginons que nous sommes quelques siècles en arrière. Nous sommes sur le chantier de construction d'une cathédrale. Une quantité impressionnante de personnes s'activent sur le site. Parmi elles, quatre hommes creusent un trou, à la pelle et à la pioche, comme il se doit à l'époque. Nous leur demandons ce qu'ils font. Selon leur perception de l'ensemble, leurs réponses seront différentes.

Le premier dira, par exemple, « je creuse un trou. » Le second, « je nourris ma famille. » Le troisième déclare : « je construis une cathédrale. » Le dernier, enfin : « j'écris l'Histoire. » Ils ont respectivement donné une dimension différente à une tâche pourtant identique, selon leur appréciation et compréhension.

A tâche égale, on peut faire son travail ou écrire l'histoire.

Evidemment, rien ne garantit que notre travail nous procure un sentiment de transcendance exceptionnelle. Mais entre l'exécution sommaire d'un « boulot » et la réalisation mystique, il y une marge où peuvent s'insérer différents degrés de satisfaction professionnelle et personnelle. C'est à cette estimation qu'incite la réflexion sur ses activités au sein d'une entreprise, d'une équipe.

La formation VR2 invite les stagiaires à se poser quelques questions à ce propos. Il s'agira, par exemple, de décrire en quelques lignes le contenu et le sens de sa « mission », tout au moins, de son rôle. Puis de faire le point sur les objectifs en cours. Ensuite, le stagiaire/employé énumère les dispositifs et outils qui sont censés contrôler et évaluer ses résultats et implication. Ce point n'est pas toujours tout à fait clair.

Enfin, circonscrire la limite « à ne pas franchir », c'est-à-dire la zone d'exercices qui ne reviennent pas à l'employé, les secteurs et informations qui relèvent de la hiérarchie ou d'autres services auprès desquels notre stagiaire n'a pas accès. Ainsi, chacun reste à sa place sans frustration.

D'un point de vue plus détaillé, la démarche pourrait ressembler à une série de questions. Concernant la mission, quelles activités ont été les plus importantes pour moi cette année ? Quels sont les résultats obtenus ? Quels sont les aspects essentiels de mon travail ? Quelles sont les compétences que je maîtrise le mieux ? Quelles sont les compétences que je maîtrise le moins bien ?

A propos des objectifs, y a-t-il des aspects de ma description d'emploi qui nécessitent d'être précisés ou clarifiés ? Des modifications sont-elles intervenues dans mon travail ? Quels sont les points forts et les points à améliorer dans la réalisation de mes missions et dans la réalisation des objectifs qui m'étaient assignés ?

Et des questions plus largement ouvertes sur la probable évolution du poste dans son environnement opérationnel et hiérarchique : qu'est-ce que j'attends de la hiérarchie pour la mise en oeuvre des objectifs et le développement des compétences ? Comment j'envisage mon évolution professionnelle ? Quels sont les souhaits que je désire exprimer en matière de projet professionnel ou de formation ?

La préparation à l'entretien

Discussion entre un employé et un cadre © WavebreakMediaMicro - Fotolia.com

Ambiance moins formelle mais sérieuse et appliquée.

Puis vient le moment de l'entretien. Il convient ici de rappeler ce qui a déjà été émis à propos de ce même entretien mais vu par le manager : un entretien, ça se construit à deux. Il s'agit bien d'un échange. Ce n'est pas parce que nous sommes un employé face à un hiérarchique que nous devons rester silencieux et effacé. Au contraire.

C'est peut-être à cette occasion que nous allons pouvoir aborder des questions que nous avons jusque-là gardées pour nous. C'est peut-être à cette occasion que nous allons pouvoir poser des questions auxquelles nos collègues habituels ne peuvent pas répondre judicieusement.

C'est de cette interaction que dépend la qualité de l'entretien professionnel. Le climat qui le baigne doit rester souple et permettre une certaine transparence des deux parties. Même si le moment garde son caractère professionnel. Etre à son aise ne signifie pas un relâchement propice à une inconséquente familiarité. La discussion peut prendre parfois certaines formes improvisées et personnalisées mais elle ne s'autorise pas aux dérives qui gommeraient le lien hiérarchique et le fil stratégique de l'entretien. L'équilibre, le respect et l'ordre restent de mise.

La discussion ne gomme pas le lien hiérarchique et le fil stratégique de l'entretien.

Il s'agit ensuite de se faire comprendre clairement. Ce sont alors nos facultés d'expression qui entrent en jeu. Oui, mais tout le monde ne dispose pas des mêmes atouts sur ce plan de la communication. C'est la qu'interviennent encore les formations VR2. Elles incorporent une bonne mesure de communication, d'expression orale, de conception d'un plan.

Exercices de diction, discussions, échanges, simulations, improvisations : autant de procédés pédagogiques exploités avec les stagiaires pour leur conférer une aisance minimum à la discussion. C'est à ces moments-là qu'il faut faire part au formateur de ses éventuelles limitations, doutes ou intentions. Le programme et ses applications seront ajustés sur ces repères. C'est ça la formation « sur-mesure » de VR2.

Lors de l'entretien, il faudra s'adapter, improviser, rebondir, utiliser, questionner, reformuler, expliquer. Pour que ces aptitudes deviennent presque des réflexes, une bonne préparation est nécessaire. La formation VR2 reproduit au plus près les conditions de l'entretien. Elle prend en compte les expériences respectives des stagiaires. Le stagiaire est prêt à participer à son entretien professionnel avec les meilleurs atouts, une confiance renouvelée. Sans doute alors cet entretien jouera-t-il pleinement son rôle : rapprocher les hommes et les métiers dans leurs missions communes.

 

F. Huguenin - VR2


 

 

Index de la Newsletter

Archives newsletters

Vers le site de VR2

Toutes les formations VR2