Août - septembre 2011

Dossier

Un homme tente de séduire une femme au travail © tomas del amo - Fotolia.com

Seulement un surcroît de travail ?

«  Si les gens n'abusaient pas de leur pouvoir, il n'y aurait pas de guerre, de crime, d'enfant violenté... et on ne traiterait pas si mal sa secrétaire. »
- Patricia Cornwell, Lire - Mars 1998, interview

Le harcèlement sexuel (4) : l'affronter

Les précédents articles nous ont amenés à comprendre que le harcèlement sexuel est un vrai problème. Les motivations du harceleur sont toujours égoïstes, narcissiques et dominatrices. Il y a des moyens de se prémunir au mieux contre ce fléau. Dernier volet : ce qui peut être fait pour limiter les ennuis ou affronter les harceleurs.

Il est facile de comprendre que la proximité de gens connus pour être habituellement peu respectueux expose à des complications. Peut-être que, jusque-là, ces individus n'ont-ils pas encore (à notre connaissance) tenté quelque chose d'inconvenant. Mais si déjà leurs paroles révèlent un état d'esprit lubrique, cela ne présage rien de bon si une occasion se présente. L'occasion, c'est peut-être vous.

Harcèlement sexuel et fréquentations

Liens connexes

Bizutage et (dés)intégration

Harcèlement moral: faire face

Sommes-nous surveillés ?

Les risques psychosociaux (RPS)

Le harcèlement moral au travail

Harcèlement moral - Ce qui y contribue

Le harcèlement sexuel : l'affronter

Le harcèlement sexuel : la lutte

Prudence quant au genre de personnes que vous fréquentez. Il est vrai que sous couvert de plaisanterie, beaucoup s'autorisent à des excès de langage. Celui qui s'en offusque passe pour rétrograde et excessivement prude. A l'inverse, supporter les pires obscénités avec un sourire béat est censé témoigner d'ouverture d'esprit. Ce serait le signe d'une disponibilité intellectuelle contemporaine très au fait des tendances culturelles modernes.

Vous aurez beau élever un renardeau dans un poulailler, ça n'en fera jamais une poule.

Ces options ne sont que des versions dégénérées de la réalité, prétexte à l'insalubrité ambiante et vecteur des pires abus. S'en démarquer relève parfois de l'acte héroïque tant les tendances tirent plutôt vers le sordide, films, jeux et livres à l'appui. On ne peut pas tout accepter et accepter tout le monde, alléguant compréhension, insertion et adaptation pour « vivre avec son temps ». Vous aurez beau élever un renardeau dans un poulailler, ça n'en fera jamais une poule. En grandissant, l'animal risque (!) de contrarier les meilleurs pronostics.

Discuter régulièrement avec des personnages saumâtres, rire de leurs « plaisanteries » dégradantes ou simplement les écouter, sera interprété comme un assentiment. Celui-ci acquis, qu'est-ce qui s'oppose encore à des avances sexuelles explicites ? Et comment être sûr alors que la résistance ne sera pas perçue comme une réaction de convenance et/ou comme un défi supplémentaire à relever, motivant l'agresseur ?

On ne choisit pas toujours ses collègues de travail mais on peut choisir nos réactions à leur égard. Qu'elles soient sans équivoque et les choses auront moins de chances de se détériorer.

Anticiper sur les risques de harcèlement sexuel

Anticipez sur les possibles évolutions des situations « compromettantes ». Il est fréquent que des employeurs et autres éléments hiérarchiques aux intentions douteuses mettent en place des « dispositifs d'approche ». Au début, il s'agit seulement de prendre un verre après le travail. Ou encore de rester sur les lieux plus tard, sans véritable raison apparente. Ce sont des contextes susceptibles de devenir dangereux.

Les prédateurs sexuels testent progressivement les réactions de la victime. Si celle-ci ne réagit pas explicitement (même si elle a compris le « manège »), l'agresseur s'approche un peu plus. Ce qui le découragerait n'est pas d'être démasqué, mais d'être repoussé. Il n'attend pas l'assentiment de sa proie, seulement son inertie. Inertie qui signera sa fin. C'est de la sorte que procède les harceleurs, les agresseurs sexuels, les pédophiles. Que du beau monde.

Prudence, donc, quant à ces extras, qui n'ont rien à voir avec une invitation sincère dans un contexte neutre. Celle-ci est en général plus occasionnelle, jamais insistante et a souvent lieu dans des environnements publics ou familiers. Le risque zéro n'existe pas, là non plus, mais il est des concours de circonstances qui paraîtront douteux à une femme. Et un doute, c'est déjà une demi-certitude...

Une femme oppose sa main avec fermeté © Viorel Sima - Fotolia.com

La fermeté reste le meilleur rempart contre le harcèlement.

Malgré toutes les précautions, le harcèlement reste possible. Paradoxalement, une femme de bon goût, aux m½urs irréprochables et à la conduite vertueuse peut être la cible d'un harceleur. Comme dit un adage, « il n'y a pas comme les tordus pour voir ce qui est droit ». Une femme droite et honnête est attrayante. Les vraies qualités sont belles et attirantes. Un harceleur pourrait se flatter de s'intéresser à une telle personnalité, pour sa seule satisfaction narcissique.

Que faire si vous êtes l'objet des « attentions » d'un tel individu ? N'écoutez surtout pas les « bons conseils » du genre « faire comme si rien n'était ». A moins de consentement, mais dans ce cas, il ne s'agit plus de harcèlement. Le harceleur ne peut que porter atteinte à votre dignité, voire à votre intégrité physique.

Soyez le plus ferme et le plus net possible. Céder, trembler ou accepter ne fera qu'aggraver les choses. Certes, les circonstances peuvent être très éprouvantes et déstabilisantes. Dès que possible, reprenez-vous.

Martha Langelan, conseillère en matière de prévention contre le viol, dit que les violeurs utilisent le harcèlement sexuel pour « jauger la combativité d'une femme en cas d'agression ; si elle est passive et intimidée quand on la harcèle, ils en déduisent qu'elle sera passive et terrifiée au moment de l'agression ». D'après un auteur, « un non catégorique et immédiat suffit souvent à mettre un terme au comportement déplaisant de celui qui vous entreprend ».

Des parents prévoyants apprennent à leurs enfants comment réagir en cas de situation trouble. Ainsi préparés, ces jeunes gens savent qu'une réaction ferme et immédiate s'impose dès les premiers signes de harcèlement. Ils ont alors le courage et le réflexe de faire face, forts de l'appui de leurs aînés. Le conseil et la préparation valent pour toutes les femmes.

Affronter le harcèlement sexuel

Les harceleurs, dits « hommes entreprenants », sont souvent obstinés. C'est là leur moindre défaut. La fermeté reste de mise en l'adaptant au contexte. L'important est de s'assurer d'avoir été bien comprise. Parfois, une seule remarque calme suffira. Des spécialistes suggèrent de procéder ainsi :

  • Gardez un contact visuel avec l'intéressé.
  • Exprimez vos sentiments. (" Je n'aime pas du tout quand vous... " )
  • Précisez bien la nature du comportement grossier. (" ... m'adressez des paroles crues et vulgaires... " )
  • Dites clairement ce que vous attendez de lui. (" Je veux que vous cessiez de me parler ainsi ! ")
  • Pour affronter le harcèlement sexuel, la fermeté reste de mise

    « Toutefois, dit Martha Langelan en guise d'avertissement, une confrontation ne doit en aucun cas se transformer en agression. Contre-attaquer (par des insultes, des menaces, des paroles violentes, des coups ou en crachant sur le harceleur) va à l'encontre du but recherché. Il est dangereux d'user de la violence verbale et inutile de recourir à la violence physique, à moins qu'une véritable agression ne vous y oblige. »

    Si malgré tout la situation ne s'arrange pas, que faire ? Nous avons déjà évoqué (voir les liens connexes) des moyens légaux de recours. Certains se trouvent dans l'entreprise, d'autres auprès de la justice. Menacer l'importun de déposer plainte peut le freiner.

    Tout ceci ne garantit pas pour autant la sécurité. Des affaires très interlopes ont encore alimenté la presse de rebondissements inattendus pour des cas d'agression sexuelle. Alors pour le harcèlement...

    Un homme dans une entreprise était harcelé par une employée, phénomène rare. Il a essayé de se plaindre. Il se rappelle : « Quand j'en ai parlé à mon patron, il ne m'a pas du tout aidé. En fait, il trouvait cela amusant. Je n'avais plus qu'a surveiller les faits et gestes de cette femme et à l'éviter de mon mieux. » Quand encore certains messieurs ne trouvent pas cela flatteur, selon les qualités esthétiques ou sociales de la harceleuse. Pour une femme, la situation peut virer à l'épreuve.

    Engager une action en justice est encore un moyen. Mais les débouchés sont incertains. Le livre Comment repousser les avances sexuelles contient cet avertissement : « Le recours à la justice demande beaucoup de temps et d'énergie ; c'est une source de tension physique et morale. » Peut-être n'y aura-t-il pas d'autres solutions que de changer d'emploi ou de déménager. Ce n'est peut-être pas juste mais ça reste efficace. Autant d'ennuis et de soucis à imputer à une seule et même personne : le harceleur.

     

    F. Huguenin - VR2


     

     

    Index de la Newsletter

    Archives newsletters

    Vers le site de VR2

    Toutes les formations VR2