Dossier

Une femme senior dans un groupe de travail © Vibe Images - Fotolia.com

Les raisons de l'âge et l'âge de raison.

« Qui n'a pas l'esprit de son âge, de son âge a tout le malheur. »
- Voltaire, Stance à Madame du Châtelet

Conseils aux seniors

Les seniors peuvent faire démonstration de leurs réelles capacités en général, cognitives en particulier. Il semble qu'il soit à la portée de la plupart de conserver, voire de développer ces capacités.

Dans un précédent article sur les capacités des seniors, nous parlions déjà de leurs capacités surprenantes. Voyons maintenant comment maintenir et protéger ces facultés.

Les seniors se prennent en charge

A lire aussi

Lutter contre le vieillissement

Préparer sa retraite

Manager la motivation et la performance des seniors

Conseils aux seniors

L'entretien de seconde partie de carrière

Nous sommes peut-être au XXIè siècle, mais - justement - des préjugés tenaces, un manque d'informations et une certaine insensibilité peuvent créer des situations pénibles pour les seniors. Le sentiment d'être moins rentable ou moins utile, par exemple, fait partie des choses difficiles à vivre. Pour peu qu'une entreprise planifie des mises à la retraite stratégiques, l'image que les seniors ont d'eux-mêmes peut s'en trouver très dévalorisée. L'image que les autres ont des seniors peut être ternie. Que faire ?

« les seniors surpassent les plus jeunes dans tous les aspects de la sagesse »

Un document de l'ONU recommande, entre autres, « la croissance ininterrompue passant par l'apprentissage théorique ou pratique ». Un homme, soulignant les bienfaits de « cette croissance ininterrompue passant par l'apprentissage » déclare : « [Bien que cette technique effraie beaucoup de seniors], j'ai appris à me servir d'un ordinateur [d'abord pour] garder l'esprit en éveil. Ensuite, pour être à la page en ce qui concerne les techniques qui peuvent me servir dans mes recherches et mes activités. » Cet homme est âgé de 77 ans. Comme lui, d'autres ont entrepris des choses nouvelles ou inhabituelles. Cette mentalité semble assurer un certain contentement et une saine motivation. Certains ont même pu rentabiliser leurs nouvelles compétences.

Autres aspects et pas des moindres : des chercheurs ont voulu évaluer chez les seniors des qualités comme « la perspicacité, le bon jugement, la vision à long terme, la capacité à jauger des valeurs antagonistes et à concevoir de bonnes stratégies de résolution des problèmes ». D'après la revue U.S.News & World Report, l'étude révèle que « les seniors surpassent systématiquement les plus jeunes dans tous les aspects de la sagesse et donnent des conseils plus éclairés et plus profonds ». Selon ces recherches, « Même si les personnes âgées mettent souvent plus de temps que les jeunes à prendre une décision, cette décision est généralement meilleure ». Vers la réhabilitation de l'expérience...?

Gardez l'esprit souple

Une jeune fille sportive fait un grand écart

Un esprit souple est un gage de vitalité.

Des études très sérieuses ont été et sont encore menées pour évaluer les potentiels des seniors. Des milliers de sujets plus ou moins âgés ont fait l'objet de ces études ce qui tend à garantir les résultats. Il ressort de ces expertises que, pour garder le plus longtemps possible l'usage de ses facultés, les facultés cognitives en particulier, il convient de les solliciter largement par le biais de multiples activités.

Parmi celles-ci, citons, avant de revenir plus précisément sur certains détails, la lecture, les voyages, l'instruction et la vie associative. Il est manifeste que toutes ces occupations, ainsi que d'autres, contribuent au maintien de l'ensemble de nos possibilités.

Au cas où il paraîtrait difficile de faire des choix, et pour ne pas risquer non plus de se priver d'une pratique bénéfique, on pourrait très bien résumer la situation en disant : ayez autant d'activités que possible. Il ne fait plus aucun doute que l'oisiveté, sous toutes ses formes, est non seulement mère de tous les vices, mais encore de toutes les déficiences. C'est caricatural mais explicite.

Chaque heure de télévision peut augmenter d'un tiers la probabilité de contracter une dégénérescence.

A tel point que certains spécialistes nous exhortent à... garder notre emploi, autant que possible. Pour quelles raisons ? L'activité professionnelle consentie incite à rester actif, à faire usage de ses compétences et à rester en contact avec d'autres personnes.

Il n'est pas si rare de voir des gens en activité, bien au-delà de l'âge de la retraite, lorsque ces postes n'imposent pas des contraintes insupportables ou incompatibles avec la santé. Bien entendu, on suppose que cet emploi convient bien à celui qui l'exerce et qu'il y trouve un certain épanouissement tant mental que psychologique. Ce sont souvent des chefs d'entreprise ou occupant des postes à fort pouvoir gratifiant, ou encore des artisans et indépendants passionnés par leur spécialité.

Une autre invitation prend de plus en plus de poids au fil des découvertes et des recherches : éteignez la télévision. Véritable miracle de technologie lors de son apparition, le petit écran, devenu parfois gigantesque, perd du terrain dans la bataille du maintien des facultés mentales.

Là encore, approches scientifiques à l'appui, il s'avère que la petite lucarne nuit au cerveau. Son impact négatif a été mesuré sur des fonctions telles que l'attention, la créativité, la lecture, le langage et le goût de l'effort (authentique). D'ailleurs, pas besoin d'attendre d'avoir l'âge des seniors pour le vérifier puisque ces effets délétères se chiffrent sur l'échelle de la réussite (ou plutôt de l'échec) scolaire.

Etes-vous prêt à lire des choses extrêmement surprenantes ? Selon les travaux et enquêtes de Michel Desmurget, directeur de recherche à l'INSERM, spécialiste des neurosciences cognitives, chaque heure quotidienne de télévision accroît de 40% la probabilité, pour un enfant de 5 à 11 ans, de ne jamais décrocher un seul diplôme...

Peu importe, nous sommes des seniors, ou allons le devenir, et nous avons déjà nos diplômes ? Très bien : chaque heure de télévision, pour une personne entre 40 et 60 ans, augmente d'un tiers la probabilité de contracter une dégénérescence de type Alzheimer après 60 ans. Pour mieux réfléchir à ces chiffres et à leur signification, éteignez donc le téléviseur... Pour rappel, VR2 a déjà abordé les effets de la télévision. Voir les liens connexes.

Ajoutons à cela la pratique régulière d'une activité sportive et une alimentation saine et équilibrée, et il ne fait pas de doute que, quel que soit notre âge, nous garderons nos facultés intactes et disponibles. La notion d'âge devient toute relative lorsqu'on la confronte avec nos réelles capacités, pour peu qu'on en prenne soin. La jeunesse n'est pas non plus la garantie systématique de compétences avérées. Il suffit parfois de compter les fautes d'orthographe sur un simple courrier émis pourtant par un cadre diplômé ou bien de voir l'embarras de jeunes esprits lors d'un calcul mental élémentaire. Peu d'importance ? Et si c'était plutôt le signe d'une baisse de qualité par défaut d'application, d'usage, d'entretien ou d'intérêt ? Et ne sont-ce pas là, précisément, les caractéristiques négatives du vieillissement... ?

 

F. Huguenin - VR2


 

 

Index de la Newsletter

Archives newsletters

Vers le site de VR2

Toutes les formations VR2