Janvier 2012

Dossier

Une belle jeune femme sereine au volant © Grischa Georgiew - Fotolia.com

Bon conducteur rime avec bonnes manières.

« Il est déroutant de constater que les pires chauffards peuvent obtenir une remise de peine pour bonne conduite ! »
- Yannick Moreau

Êtes-vous un chauffard ?

Un chauffard est un mauvais conducteur ou un conducteur imprudent. Les chauffards semblent avoir des caractéristiques psychologiques et émotionnelles communes. Le bon conducteur se distingue par ses qualités morales.

Au Japon, une énorme quantité de véhicules circulent. Dans chacun de ces véhicules, un conducteur ou une conductrice. Le pays est réputé pour une certaine conservation de traditions respectueuses des biens et des personnes. Mais là aussi, tous les conducteurs ne sont pas du meilleur exemple. Un responsable de la sécurité routière à l'Institut japonais de police scientifique, Hiroyasu Ohtsuka, déclare : « Nous savons quels types de personnes sont susceptibles d'avoir des accidents; nous leur délivrons quand même un permis de conduire, mais nous voulons qu'elles reconnaissent leurs défauts et essaient de s'améliorer ». Quels sont ces défauts ?

Comme dans beaucoup de cas où des insuffisances tenaces entachent une personnalité, la « victime » reconnaît rarement ses travers. Elle n'en est d'ailleurs pas forcément consciente ce qui compromet leur gestion. Ainsi, un chauffard ne se signalera pas comme tel, souvent persuadé du contraire. Mais comment reconnaître les caractéristiques susceptibles de générer un comportement de chauffard ?

Les chauffards au banc d'essai

A lire aussi

L'environnement de travail

Automobile et (mauvais) caractère

Neuro-tomobile

Se protéger au travail

Les embouteillages : quelles solutions ?

Les embouteillages

Des spécialistes se sont penchés sur la question. Ils ont dégagé des composantes du profil type du chauffard. VR2 vous invite à les découvrir. Voyez s'il n'y a pas quelque ressemblance avec vos propres habitudes. A moins que vous ne reconnaissiez quelqu'un...

Voici un premier conducteur. Il est seul sur la route. Du moins, le croit-il... Les autres conduisent très mal puisqu'ils ne conduisent pas comme lui. La route a été faite pour lui et il juge normal de se l'approprier en y injectant ses propres règles dont la première est qu'il n'y en a justement pas. Je roule où je veux, si je veux, à la vitesse que je veux. Le code de la route, c'est pour les peureux, les naïfs, les petites pointures du volant. Il conjugue le verbe « moi » à la première personne de l'exclusif. Si des gens évoluent autour de lui en dépit de son propre bon sens de circulation, tant pis pour eux. D'ailleurs, ce sont eux qui causent les accidents par leur manque de dextérité et d'improvisation. Les choses sont mal faites. Du point de vue du spécialiste, ce conducteur est égocentrique.

Un panneau un peu bizarre

Certains conducteurs voient le code de la route à leur manière.

Arrive un deuxième automobiliste. Sa conduite pourrait être à peu près réglementaire. Mais ce serait tellement plus simple s'il n'y avait pas les autres. Ainsi, il ne serait pas obligé de céder le passage, d'être patient en cas de ralentissement ou de laisser passer quelqu'un par courtoisie, notion qu'il abhorre. Si les autres ont du mal à conduire ou à faire des manoeuvres, ils n'ont qu'à rester chez eux. Les relations sociales sont pour lui une notion abstraite et hors sujet en termes de conduite automobile. Il aura du mal à supporter que notre spécialiste le prenne pour ce qu'il est, un individualiste.

Voilà que surgit un troisième véhicule. On trouve une description assez précise de ce conducteur dans le Guide de la conduite selon ses aptitudes (angl.) : « [il refuse absolument] de céder le passage lorsqu'il s'estime être prioritaire. Pas question pour lui d'excuser l'erreur de l'autre conducteur ou du piéton; il invective, perturbe tout le monde (...) et klaxonne (...), bien décidé à défendre ses droits jusqu'au bout ». Et à dénoncer avec force langage « imagé » les prétendues fautes des autres, une faute étant définie selon sa version personnelle du code de la route. On lui connaît une certaine propension à s'emporter, avec, pour première conséquence, une improvisation très hasardeuse des conditions de circulation. Notre spécialiste sait qu'il n'est pas simple de gérer un tel agressif. Il ajoute aussi que les trois comportements que nous venons de décrire entrent dans la catégorie des inadaptations sociales.

Difficultés relationnelles et problèmes psychologiques créent le chauffard.

Les difficultés relationnelles seraient-elles les seules causes de conduite automobile à risque ? Malheureusement non. Il faut aussi compter avec les carences émotionnelles, problèmes fondamentalement psychologiques. Voyons encore quelques conducteurs dans leur exercice préféré.

En voici un qui à l'air très content d'être au volant. Et puis non, à cet autre moment, il paraît presque abattu de se trouver dans sa voiture. Que se passe-t-il ? En fait, cela dépend des jours. Nous le voyons ici de bonne humeur, joyeux, enthousiaste, presque excité. A tel point qu'il en devient parfois imprudent. Inutile de lui faire remarquer, il se vexerait. Il pense qu'il est très bien comme ça. D'ailleurs, il préfère cela à ces autres jours où il est méconnaissable. Déprimé, morose, lent, peu réactif, les réflexes ankylosés. Il en oublie les dangers auxquels il s'expose parfois. De quoi « perdre les pédales ». Pas de doute docteur, cette personne est instable.

Peut-être serons-nous plus prudents en montant dans le véhicule de cet autre conducteur. Il a l'air plutôt paisible, perdu dans ses pensées, peut-être même inquiet. Pense-t-il à ce qu'il fait ? Des chercheurs, Richard Mayer et John Treat, décrivent le personnage comme ayant l'esprit « encombré de données sans rapport avec la conduite [avec] toutes les chances de ne pas remarquer une information importante ou de mal l'interpréter ». Sait-il que nous sommes avec lui ? Si ça se trouve, il pourra être surpris par un imprévu routier anodin. Saura-t-il réagir avec maitrise, sans s'affoler inutilement ? Rien n'est moins sûr, nous dit le spécialiste, à propos de cet anxieux.

Celui-ci à déjà l'air plus réactif. Très réactif, même... Il doit être payé au kilomètre, même en ville. Son prétendu instinct le dissuade d'analyser sereinement la situation, y compris au feu rouge. Du coup, il s'impatiente, frustré de devoir se calquer sur la conduite des autres automobilistes. Il ne réfléchit pas beaucoup et préfère agir, coûte que coûte. C'est grave docteur ? Ça dépend, mais bien des chauffards sont d'abord des impulsifs.

Des bons points pour bonne conduite

Alors ? Avec lequel de ces conducteurs préféreriez-vous finalement monter ? Aucun ? Vous avez raison. Tous, quelles que soient les origines de leur comportement, sont des conducteurs dangereux, chacun dans son genre. Heureusement, nous ne sommes pas comme ça. Enfin, pas complètement. Car, n'avons-nous pas reconnu quelques attitudes qui ont pu être nôtres, au moins occasionnellement ? Juste un peu alors, car nous, nous sommes de bons conducteurs. Mais, à propos, qu'est-ce qu'un bon conducteur ?

Pour en revenir à l'approche faite par les autorités japonaises citées en début, les bons conducteurs sont remarquables par « une grande stabilité psychologique; chez eux, le processus mental qui débouche sur un jugement perspicace prend le pas sur la réaction physique; leur décision est la bonne; ils maîtrisent leurs émotions ». Le bon conducteur reste maître de ses réactions. Le processus mental précédemment décrit incorpore des qualités telles que le bon jugement et une attention réelle pour la sécurité des autres automobilistes.

Pouvez-vous réellement prétendre à cette description ? Si oui, bravo. Dans le cas contraire, il vous reste des efforts à faire. Et le jeu en vaut la chandelle. Ça ne sert à rien de mettre un tigre dans son moteur s'il y a un âne au volant. Et sur ce chapitre, il y aura toujours quelqu'un pour vous attendre au tournant.

 

F. Huguenin - VR2

 

A lire aussi : La conduite automobile

 

Index de la Newsletter

Archives newsletters

Vers le site de VR2

Toutes les formations VR2