Janvier 2012

Dossier

Une femme souriante au volant © Jürgen Fälchle - Fotolia.com

Les femmes seraient meilleures conductrices que les hommes.

« S'il y a tant d'accidents sur les routes, c'est parce que nous avons des voitures de demain, conduites par des hommes d'aujourd'hui sur des routes d'hier. ».
- Pierre-Jean Vaillard, Le hérisson vert

La conduite automobile

Notre façon de conduire peut être plus ou moins adaptée à la sécurité. Plutôt que de vouloir être un pilote émérite, mieux vaut être un conducteur raisonnable. C'est affaire de mentalité.

« Femme au volant, mort au tournant ». Êtes-vous d'accord avec cette affirmation aux allures d'adage ? Si vous êtes un homme, vous pourriez être tenté. Si vous êtes une femme, il serait assez surprenant que vous cautionniez cette maxime. Encore que... Mais qu'en est-il en réalité ? Si l'on en croit un journal spécialisé d'Afrique du sud, The Motorist, plus de 83 % des accidents de la route dans ce pays sont imputables... aux hommes. Et d'autres rapports font état du même phénomène dans bien d'autres pays, y compris le notre.

A tel point que, jusque-là, certaines compagnies d'assurance proposent des tarifs préférentiels à leurs adhérentes. Jusque-là, car un arrêt de la Cour de Justice de l'Union européenne signale la fin de tels contrats pour décembre 2012. Ceci au nom de la sacro-sainte lutte contre la discrimination sexuelle. Pour une fois, ces dames vont peut-être regretter « le bon vieux temps » de la différence...

Pourquoi les femmes conduisent-elles mieux que les hommes ?

A lire aussi

L'environnement de travail

Automobile et (mauvais) caractère

Neuro-tomobile

Se protéger au travail

Les bonnes manières : le retour ?

Les bonnes manières sont-elles en péril ?

Mais pourquoi de tels avantages consentis aux femmes sur le chapitre de la conduite automobile ? A cause des chiffres. On trouve dans le journal français Le Figaro des explications à ce propos. Rapportant les conclusions de la Compagnie des Femmes, société d'assurance exclusivement réservée à la gente féminine, on peut lire que « les femmes sont 2,7 fois moins exposées que les hommes aux accidents de la route ». « Les femmes conduisent de plus petites cylindrées, prennent rarement le volant sous l'emprise de l'alcool et conduisent surtout en ville, d'où des accidents moins coûteux » explique Nicole Rosa, fondatrice et présidente de la compagnie.

Faut-il en conclure que les femmes sont des as du volant ? The Motorist explique que « cette confiance dans les talents de conductrices des femmes [vient de ce que l'] on pense que les femmes sont moins agressives derrière un volant, moins enclines à prendre des risques et moins susceptibles d'enfreindre le code de la route ». En d'autres termes, modération et respect, des qualités morales.

Finalement, être bon conducteur dépend moins de ses capacités de pilote que de bonnes habitudes de conduite recommandées par un bon état d'esprit. C'est plutôt une question de mentalité.

Un homme qui a voyagé plusieurs dizaines d'années en voiture en Afrique comme en Europe, déclare : « La conduite est une question de personnalité. La façon de conduire de quelqu'un reflète sa façon de se conduire envers autrui dans la vie courante ». Il est facile de transposer ces informations à la vie professionnelle. Voilà qui peut encore donner des idées à des recruteurs qui verront leurs candidats en automobile...

Un autre chauffeur expérimenté canadien écrit : « Si on considère le permis de conduire comme un privilège et non comme un droit, on respecte les règles de la circulation, ce qui augmente sensiblement la prudence au volant ». Enfin, le ministère britannique des Transports édite un manuel dans lequel on trouve, entre autres  : « Si la prudence est une attitude d'esprit, l'humilité est l'un de ses facteurs principaux ». Pour désuète que paraisse l'incitation, elle vaut les meilleures technologies quant à prévenir les accidents.

« Les femmes sont 2,7 fois moins exposées que les hommes aux accidents de la route »

Pour preuve, une étude réalisée par l'automobile club britannique révèle que, chaque année, 22 % des conducteurs britanniques masculins de 17 à 20 ans sont impliqués dans au moins un accident automobile. Qu'est-ce qui peut expliquer ce phénomène inquiétant ?

Parmi les raisons les plus courantes on retrouve « classiquement » l'alcool, les excès d'humeur et la musique trop bruyante. Mais ce n'est pas tout, et il y a peut-être un rapport de cause à effet avec ce que fait remarquer Kenneth Faircloth, directeur général adjoint de l'automobile club : « beaucoup sont poussés par leurs camarades à conduire dangereusement ». Il recommande donc une formation accentuée sur les comportements et l'état d'esprit des conducteurs, plus que sur les seuls gestes de conduite.

Quand on observe (et que l'on subit) le comportement de certains conducteurs, on se demande s'il est seulement possible d'envisager des améliorations. Elles ne seront possibles que s'il y a un changement de mentalité. Vaste programme.

Voyons quelques conseils pratiques à partir de témoignages et de commentaires de conducteurs avertis.

Comment conduire mieux (même si l'on est un homme)

Une 2 CV Charleston

« Quand les esprits s'échauffent sur la route, il est vraiment difficile de garder de bons principes », observe un conducteur anglais. Lorsque l'on est victime d'incivilités, la tentation de riposter est réelle. « Ce qui m'aide beaucoup, ajoute-t-il, c'est d'écouter des enregistrements musicaux, car la musique exerce un étonnant pouvoir apaisant ». On suppose qu'il aura choisi de la musique relativement douce. Certains styles laissent en effet à désirer quant à leur pouvoir lénitif. Il suffit, pour s'en convaincre, d'entendre la cacophonie qui s'échappe de véhicules aux comportements à risques.

Dans la même gamme, c'est de circonstance, un conducteur japonais conseille de maîtriser toute irritation éventuelle par le chant. « Si, pour une raison ou pour une autre, vous êtes contrarié, fredonnez ou chantez ».

« Conduisez comme si tous les autres usagers étaient des dangers publics en puissance ».

Évidemment, le paradis automobile n'existe pas. Il faut encore supporter les habitudes parfois néfastes de certains conducteurs. Rouler en voiture comporte toujours des risques, parfois importants. Une certaine lucidité à ce propos contribuera à notre propre sécurité. De la sorte, nous garderons une vigilance accrue, non seulement sur notre conduite, mais encore sur celle des autres. Restons sur la défensive. Un conducteur conseille : « Conduisez comme si tous les autres usagers étaient des dangers publics en puissance ». C'est peu flatteur pour nos concitoyens mais gage de protection supplémentaire.

Bien entendu, les mauvais conducteurs, ce sont les autres. Il est toutefois temps de se demander quel genre de conducteur nous sommes. Que répondriez-vous honnêtement aux questions suivantes :

  • avez-vous parfois l'habitude de chercher à impressionner vos passagers en prenant des risques inhabituels ?
  • selon votre humeur, avez-vous un comportement très différent ?
  • pensez-vous que les autres automobilistes conduisent « comme des patates » et que ce sont des gêneurs qui feraient mieux de rester chez eux ?
  • Selon vos réponses, peut-être pouvez-vous envisager de modifier des attitudes mentales. Et vous aurez remarqué qu'aucune question ne porte sur votre dextérité au volant... même si cette compétence est recommandée aussi ! Si certains points vous semblent un peu vexants, rassurez-vous : froisser son amour propre est souvent moins grave que froisser de la tôle.

     

    F. Huguenin - VR2

     

    A lire aussi : Êtes-vous un chauffard ?

     

    Index de la Newsletter

    Archives newsletters

    Vers le site de VR2

    Toutes les formations VR2