Documentaire - VR2

« Vivre sans téléphone portable, vous imaginez le supplice ? » – Françoise Giroud, La rumeur du monde

Le téléphone portable : ami ou ennemi ?

Une jeune femme avec un téléphone portable © Andres Rodriguez - Fotolia.com

Le téléphone portable : liberté, égalité, sérénité ?

Le téléphone portable est devenu un outil particulièrement utile, tant en milieu privé que professionnel. Des controverses existent cependant quant à son innocuité sous plusieurs aspects.

En 2008, déjà, le New York Times révélait que les utilisateurs de téléphones portables âgés de 13 à 17 ans avaient « envoyé ou reçu en moyenne 1 742 textos par mois durant le second trimestre ». Rien de bien étonnant quand on sait qu'en 2010, on estimait que « soixante pour cent de la population mondiale [possède] désormais un abonnement au téléphone portable [...]. C'est une augmentation phénoménale par rapport à il y a six ans, où l'accès au portable n'excédait pas 15 %. » (Mac Leans, Canada). Soixante pour cent de la population mondiale, cela représente plusieurs milliards de personnes...

Le téléphone portable en vedette

Il ne fait aucun doute que le téléphone portable est une invention extraordinaire. Pouvoir converser avec une personne à l'autre bout de la planète, sans contact apparent, relève de l'exploit technologique. Aurions-nous décrit la scène à une personne ayant vécu il y a seulement une centaine d'années qu'elle aurait crié au miracle.

Cet appareil rend des services inestimables et semble répondre aux besoins les plus fondamentaux de l'humain, comme rester en liaison avec ses congénères à peu près n'importe où et n'importe quand. D'après des spécialistes, au-delà de la prouesse technologique, le portable est un vrai phénomène de société. La liste de ses avantages est quasi interminable. Aspects professionnels, familiaux, personnels : pas une tranche de notre vie ne semble pouvoir échapper aux effets du petit appareil. D'ailleurs, serions-nous disposés à nous en passer ? Probablement pas, à moins d'y être quasiment contraint. Ou bien d'être convaincu d'éventuels effets négatifs, sur la santé ou autre. Et encore...

Mais justement, existe-t-il des effets pervers identifiés ? Ou bien le téléphone portable n'aurait-il que des avantages ?

Le téléphone portable est un vrai miracle.
Y compris commercialement.

Disons d'abord qu'il est assez difficile de trouver des détractions « officielles » au portable pour la simple raison que son existence est une véritable manne commerciale. Des entreprises s'enrichissent de par son incontestable succès. Une grande société affirme que « le marché du téléphone mobile est le plus gros secteur de l'électronique grand public jamais vu ». Il est fort probable que l'on dépense aujourd'hui plus d'argent pour ces téléphones que pour n'importe quel autre type de matériel électronique.

Dans un pays comme l'Australie, avec près de vingt millions d'habitants, plus de quinze millions possèdent un portable. Un seul des multiples opérateurs de ce pays a recensé près de 7,5 milliards d'appels [depuis un portable] dans une année. On imagine les sommes extraordinaires qui circulent dans le monde entier autour de ce seul objet et de ses services. Vu sous cet angle économique, le téléphone portable est bien considéré.

Des messages courts qui en disent long

Un très vieux téléphone

Un pionnier de l'ère de la communication.

Le téléphone portable permet aujourd'hui bien d'autres choses que la seule conversation. Parmi les services les plus utilisés, celui des messages courts, le fameux short message service, mieux connu sous son abréviation de SMS. Ces SMS représentent une imposante part du trafic. Les jeunes sont les champions du procédé. Le coût de ce service est relativement bas, le moyen est discret et efficace. Taper sur un clavier, fut-il miniaturisé, fait partie de la culture moderne et des usages de la génération «Y» en particulier.

Pour faciliter les transmissions et exploiter au maximum les limites imposées par les opérateurs, les usagers en sont venus à user d'abréviations, de codes phonétiques et autres symboles, pour converser. Si cela semble un peu moins pratique, l'utilisation en est pourtant extrêmement répandue. Pour preuve, les quelques trente milliards de messages qui s'échangent chaque mois dans le monde.

On pourrait penser que ces jeunes (et moins jeunes) gens ont des choses particulièrement importantes à se dire puisque consentant à un coût final parfois relativement élevé. Une étude en Grande Bretagne nous renseigne à ce propos. Ciblant la population des 18 à 24 ans, il se trouve que 42 % envoient des messages amoureux, 20 % sollicitent un rendez-vous et 13 % utilisent ce moyen pour mettre fin à une relation.

ltéléfon portab nui à lorthograf ? pa du tt. Mdr !

On pourrait « s'amuser » à évaluer le rapport entre les deux premières catégories et la dernière si les choses n'étaient pas aussi « graves ». Déjà apparaissent des composantes particulières de la communication par portable et sujettes à controverse.

Autre aspect évoqué par les spécialistes de la langue : les effets possibles sur l'orthographe et la syntaxe. Certains parlent de véritable mutilation. Des sociologues estiment que ces habitudes nuisent gravement aux capacités de lecture et d'écriture des jeunes.

D'autres affirment au contraire que c'est là un atout indéniable en termes de diversité cognitive et que cette pratique « ravive l'intérêt des jeunes générations pour l'écriture ».

Ainsi, une maison d'édition australienne spécialisée dans les dictionnaires écrit dans le Sun-Herald : « Il est rare qu'on ait l'occasion d'élaborer un style [de langage] entièrement nouveau [...]. Grâce aux mini-messages [SMS] et à l'Internet, les jeunes écrivent beaucoup plus. Il [leur] faut une fluidité et une maîtrise suffisante dans leur langue pour pouvoir assimiler le style et maîtriser les mots à la mode et le code [...] de ce mode d'expression. »

Le débat est lancé. D'autres données nous amèneront bientôt à réfléchir aux relations de cause à effets probables entre langage, pratique, technologie, santé et facultés mentales. Ça mérite peut-être un SMS à vos amis...

 

F. Huguenin - VR2

 

-> Haut de page

 

VR2 recrute !

Vous avez des compétences en formation, conseil ? Vous souhaitez intégrer l'équipe de VR2  ? Envoyez votre CV à la la direction de VR2  ! Nous examinerons votre candidature avec le plus vif intérêt.

Recevoir la Newsletter