Documentaire

Une jeune femme en pleine santé © Ariwasabi - Fotolia.com

La pleine forme passe par une bonne alimentation.

« Boire et manger, s'exercer par mesure, sont de santé les outils plus certains ; L'excès dans l'un de ces trois aux humains, hâte la mort et force la nature »
- Guy du Faur de Pibrac, Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Être en forme : la nourriture

Notre alimentation est d'un intérêt vital pour notre santé. S'il faut manger de tout, il y a des produits et des moments meilleurs que d'autres.

Bientôt l'été. Bientôt les vacances. Bientôt la plage, peut-être... Il s'agit d'être en forme. Mais en forme de quoi ? Car bientôt, notre corps sera libéré des convenances formelles du travail... et exposé, pour certains d'entre nous, aux regards des autres. Et là, les réactions sont diverses.

Si nous avons un corps admirablement bien sculpté, aux muscles déliés et souples, la silhouette élancée et le geste fluide, pas de soucis. Si, en revanche, nous avons des doutes (ou, justement, pas de doutes...) sur quelques rondeurs disgracieuses, quelques raideurs malignes ou d'autres considérations esthétiques discutables, ce peut être plus compliqué.

Les graisses : des coupables en peu trop « gros »

A lire aussi

- Rester jeune

- Le mal de dos

- La narcolepsie

- Alcool en entreprise

- L'accident vasculaire cérébral (AVC)

- Le rire

Il semble qu'une bonne proportion de la population soit dubitative quant à son apparence, ceci accru par les canons modernes de la beauté, canons parfois très relatifs. Sous ces pressions, notre miroir n'est pas toujours un allié.

Point n'est besoin, cependant, de beaucoup de choses pour rester dans une catégorie très présentable et limitée en frustration. Et surtout, pour être en forme. Quelques précautions alimentaires peuvent suffire. Nous parlerons donc de la qualité de nos aliments et des moments où nous nous nourrissons. En d'autres temps, nous aborderons la quantité absorbée et le chapitre de l'exercice.

En cas de déception quant à notre configuration corporelle, nous avons tendance à incriminer les cellules adipeuses de notre corps. Comme souvent, ce sont les « coupables » les plus visibles qui attirent l'attention. Mais ce ne serait pas tout à fait juste. Si elles doivent rester en quantité raisonnable, ces cellules accomplissent un travail remarquable.

Leur mission consiste à transformer en graisse les sucres et les acides gras. Et alors, direz-vous, quel prestige ? Celui de mettre en réserve de l'énergie. Et de l'énergie, notre corps en a besoin, ne serait-ce que pour entretenir la vie de toutes les cellules. Or, les cellules adipeuses sont capables de stocker la graisse en quantité importante. A titre de comparaison, 500 grammes de graisse contiennent 3 500 calories. Notre foie stocke, quant à lui, du glycogène, substance destinée également à réserver de l'énergie. Et 500 grammes de glycogène ne contiennent que 250 calories.

On ne sait pas tout sur ces cellules adipeuses mais il est clair qu'elles jouent un rôle vital en matière d'entretien du système immunitaire. Le corps interprète nos comportements quant à stocker plus ou moins de graisse. Si on vous annonçait une pénurie prochaine de denrées alimentaires, nul doute que vous vous empresseriez de faire le plein des réfrigérateurs, placards, gardes-manger, caves et autres systèmes de stockage.

« Plus on fait de régime, plus l'organisme [a tendance à garder les graisses] ».

Et bien notre corps réagit de même. S'il pressent une carence à venir, il stocke de l'énergie sous forme de graisse au lieu de la libérer imprudemment. C'est précisément ce qui se passe en cas de régime un peu sévère. La revue Parents (angl.) de mars 1987 offrait cette explication: « Plus on fait de régime, plus l'organisme ressent la proximité d'une famine, et plus les cellules adipeuses répugnent à libérer leur précieux contenu ». L'énergie n'est plus libérée qu'à petite doses. Les graisses s'accumulent, ce qui est désobligeant pour la silhouette, et ce n'est pas comme cela que l'on se sentira en forme !

En cas de situation de crise, le corps réagira dans l'urgence en puisant plutôt dans ses réserve de glucose, source d'énergie rapidement disponible et produite à partir des muscles. Il s'agit surtout d'alimenter l'organe Maître de notre corps : le cerveau. On peut aborder la question sous l'angle que l'on voudra, mais si le cerveau s'arrête, tout, absolument tout, s'arrête. La graisse est donc requise pour les actions à plus long terme. S'il faut faire attention au taux de graisse, il ne faut faut pas non plus perdre de vue le rôle important qu'il joue pour l'organisme. C'est là que nous nous intéressons de plus près à notre alimentation.

C'est une question de qualité, de moment, de quantité et d'exercice. L'ensemble peut être abordé avec une certaine sérénité d'esprit.

Que dire quant à la qualité de notre nourriture ?

Inscrivez-vous à la newsletter !

Articles les plus lus :

- Les bienfaits de la lecture

- Les femmes dans l'entreprise

- Le téléphone portable, ami ou ennemi ?

Une jolie jeune femme jette un regard en arrière © Leonid & Anna Dedukh - Fotolia.com

Un soin de beauté dans son assiette.

Si nous voulons tenir debout et cependant ne pas exagérer le stockage de graisse, il est recommandé de manger d'abord des farineux, des fruits et des légumes. Ce sont des aliments utiles et nourrissants. Si nous avons des penchants pour la viande, préférons alors les volailles et le poisson. Gardons à l'esprit que si les graisses sont utiles, un dosage approprié et requis. Prudence, donc avec les aliments riches en graisse et en sucres simples, ce qui ne signifie pas forcément les éliminer complètement.

« Une autre règle fondamentale pour maigrir, lit-on dans l'Encyclopédie des maladies courantes (angl.), est d'éliminer de l'alimentation tout ce qui n'est pas aliment complet, nutritif, non traité et naturel. En plus de l'apport énergétique, (...) le corps a constamment besoin de protéines, de lipides, de sels minéraux et de vitamines en quantité suffisante pour garantir le bon fonctionnement de l'organisme ainsi que la réparation et la multiplication cellulaires. En consommant des aliments complets [aliments complexes non traités], on est quasiment assuré de recevoir les éléments nutritifs dont l'organisme a besoin, et non des calories 'vides' ». Voilà qui fera les choux (gras, bien-sûr) des produits dits « bio ».

On pense peut-être moins au moment où l'on mange. Mais la pendule a aussi son rôle à jouer. Un grand classique de la question est le petit déjeuner. Il est réputé le repas le plus important de la journée. Or, il y a encore beaucoup de gens qui s'alimentent très peu, voire pas du tout, au réveil. Dans certains cas, un café et une cigarette « remplacent » des aliments plus consistants. Que ce soit par habitude ou par défaut d'organisation, ce repas mérite notre attention. D'autres idées relativement modernes s'ajoutent à ces considérations.

Des nutritionnistes « révisent leur opinion. Ils sont désormais convaincus que le corps a moins tendance à stocker de la graisse si, pour une ration alimentaire quotidienne identique, les repas sont à la fois plus fréquents et plus frugaux. On s'est également rendu compte que le repas le plus important est le petit déjeuner, et que c'est donc lui qui devrait constituer la principale source calorique de la journée ».

« En consommant des aliments complets, on [reçoit] les éléments nutritifs dont l'organisme a besoin ».

Une approche également intéressante : le goûter. Le goûter fait un peu figure de comportement rétrograde peu compatible avec les exigences de la vie moderne. Pourtant, selon certains, adeptes des principes de la chrono-nutrition, c'est à ce moment de la journée (vers le milieu/fin d'après-midi) que notre corps est le plus apte à traiter les sucres rapides et les réclame. A tel point que certains ont bouleversé leurs habitudes alimentaires.

Ainsi, une jeune femme déclare manger le matin des produits plutôt gras (où l'on reparle des graisses), tels que jambon et fromage assortis de pain. En revanche, elle s'accorde dans l'après-midi un copieux goûter à base d'aliments sucrés tels que fruits, jus de fruit et miel. Quitte à se passer, parfois, de dîner. Les résultats ? « Je ne me suis jamais sentie aussi bien, déclare-t-elle. J'ai de l'énergie à revendre, en particulier aux moments où jusque-là j'accusais une nette baisse de régime. Et j'ai perdu une taille ou deux dans mes vêtements ».

Dans la même optique de gestion des moments opportuns pour manger, il y a parfois de mauvaises associations. Ainsi, devant la télévision, alors que notre activité physique (et mentale...) est réduite au minimum, un prétendu grignotage consiste souvent à ingurgiter des quantités impressionnantes de chips grasses et salées, de biscuits ou de pâtisseries, le tout assorti de boissons au contenu parfois « criminel » en matière de diététique. Et l'attrait de ces produits et autant gustatif que psychologique.

On aura beau se dire avec sincérité « qu'il suffira d'un quart d'heure d'abdominaux en plus » (quart d'heure qui ne se produira sans doute jamais), ce pseudo-remède est insuffisant. A titre de comparaison, il faudrait environ quatre heures de vélo pour éliminer les effets d'un bon repas. Pas de doute, mieux vaut anticiper et rester prudent.

Reste justement à définir quelle quantité convient et comment équilibrer la nourriture avec un exercice physique approprié. Il y aura, à ce propos, des conseils de spécialistes forts intéressants. Ce n'est pas pour en faire un plat, mais il est tout de même bien agréable d'être dans son assiette.

 

F. Huguenin - VR2


VR2 - La formation au coeur des actions

VR2

La dame accueil de VR2VR2 est un organisme de formation implanté à Toulouse et actif sur toute la France. VR2 c'est l'information et l'accompagnement dans vos projets de formation. Contactez-nous !

Document

Une jeune femme heureuse d'être libre de sa santéMédecine et chirurgie esthétique
La médecine et la chirurgie esthétiques peuvent rendre de fiers services, surtout si elles réparent des traumatismes. Lorsqu'il s'agit de simple ...

Document

Le harcèlement moral au travail
Le harcèlement moral en milieu professionnel est un autre phénomène dangereux. Il est insidieux, difficile à démasquer et surtout, à prouver. ...

Document

Conseils aux seniors
Les seniors peuvent faire démonstration de leurs réelles capacités en général, cognitives en particulier. Il semble qu'il soit à la portée de ...


Zoom formation

Formations les plus demandées

Le management inter-générationnel
Les différentes générations impliquent des différences de cultures et d'attentes. Gérer des équipes de différentes générations réclame ...


Liens

Index de la Newsletter | Archives newsletters | Toutes les formations VR2

Vers le site de VR2