Documentaire

Une jeune femme radieuse, dans un fauteuil de bureau © contrastwerkstatt - Fotolia.com

Libre et heureuse de la victoire sur le tabac.

« C'est facile d'arrêter de fumer, j'arrête 20 fois par jour ».
- Oscar Wilde

En finir avec le tabac : déjouer les pièges

L'habitude de fumer est souvent reliée à d'autres habitudes de vie ainsi qu'à des questions d'environnement humain. A cela s'ajoutent des excuses parfois paradoxales et qui s'opposent à l'arrêt définitif.

Dans notre précédent article Comment cesser de fumer ?, nous avons parlé des raisons physiologiques qui rendent difficile le sevrage, comme la dépendance à la nicotine. Egalement, les problèmes comme la prise de poids ou les changements d'humeur. Arrêtons-nous maintenant sur les composantes psychologiques qui ne sont pas les moindres des obstacles.

Pour arrêter de fumer, jetez l'ancre !

A lire aussi

- Alcool en entreprise

- Comment cesser de fumer ?

- En finir avec le tabac : déjouer les pièges

- Comment cesser de fumer ?

- Le tabac force de farce

- Le tabac au travail

D'abord, il y a ces liens, ces véritables « ancres » qui relient la consommation de tabac à un autre comportement. Par exemple, le café. Un homme déclare : « J'ai arrêté [de fumer] il y a 19 ans, mais je suis toujours tenté (...) à la pause-café ». L'ancrage psychologique peut perdurer encore longtemps après que l'on ait cessé de fumer. Briser ces chaînes demande beaucoup de persévérance. Et un peu de prudence en repérant les situations à risques. C'est parfois tout un mode de vie qui est remis en question. Des fréquentations aussi.

Il est également courant de fumer en buvant quelque chose, souvent de l'alcool. Celui-ci peut agir comme un puissant déclencheur. En changeant la première habitude (ici, la boisson alcoolique), on limite l'amorçage d'une tentation certaine. Il va falloir trouver d'autres moyens de relaxation ! Pourquoi pas sans boisson de cet ordre ? Car c'est bien l'alcool l'élément déterminant.

Très souvent, en effet, les endroits où l'on boit sont des endroits où l'on fume. Et l'alcool est une composante bien spécifique. Pour quelles raisons ? Entre autres choses, parce que l'alcool, même en petite quantité, augmente le plaisir procuré par la nicotine. C'est un premier point, mais non le seul.

« Il y a peut-être une sorte de jeu d'équilibre dans le cerveau entre la nicotine et l'alcool ».

Le docteur Jed Rose, du Nicotine Research Program, Duke University, USA, déclare: « Il y a peut-être une sorte de jeu d'équilibre dans le cerveau entre la nicotine et l'éthanol [l'alcool]. Il est possible qu'une substance compense les effets de l'autre ». L'alcool induit une certaine somnolence. Pour lutter contre celle-ci, une cigarette apporte un excitant compensatoire par le biais de la nicotine. Inversement, l'excitation du tabac peut amener quelqu'un à chercher l'apaisement par les effets euphorisants de l'alcool. L'engrenage infernal est en place.

Ne négligeons pas non plus l'aspect convivial des choses. Un moment en « bonne » compagnie, moment où l'on boit et on fume, procure une certaine détente. C'est un moment d'échange, de discussion, autant de paramètres qui s'associent et se renforcent entre eux.

Sous l'effet de l'alcool, même modéré, la volonté s'amenuise, les objectifs sont moins clairs, la détermination n'y est plus. De nombreux cas de rechutes ont lieu dans de tels contextes. Il sera extrêmement difficile de résister à une « sympathique » sollicitation, voire à une taquinerie à ce propos...

Alors que faire ? Car nous avons bien compris que le besoin de fumer est souvent lié à un état psychologique et/ou émotionnel, parfois positif, parfois pénible. Le stress, l'irritation, la frustration sont des facteurs à risque. On estime que deux tiers des rechutes se produisent sous de telles pressions.

On suggère alors de se concentrer sur autre chose, autant que possible. Pourquoi pas remplacer le geste quasi automatique de la cigarette par un autre sans conséquences fâcheuses, comme boire un verre d'eau, mâcher un chewing-gum, faire quelques pas ou exercices ? Simple, salutaire et efficace sur le long terme.

Pour en finir définitivement avec le tabac, il faudra encore résister aux excuses susceptibles de miner votre résolution. Quelles sont ces excuses ?

Les excuses qui minent la détermination

Inscrivez-vous à la newsletter !

Articles les plus lus :

- Les bienfaits de la lecture

- Les femmes dans l'entreprise

- Le téléphone portable, ami ou ennemi ?

Une cigarette sur un hameçon © Vladyslav Danilin - Fotolia.com

Un piège trop évident...?.

« Juste une fois, rien qu'une bouffée... ». Erreur ! En quelques secondes (7 secondes suffisent) les récepteurs nicotiniques du cerveau vont être réactivés, parfois à proportion de 50%. Cette réaction peut durer des heures. C'est un énorme risque de complète rechute.

« Quand je suis stressé, ça m'aide de fumer un peu... ». Ça semble vrai. Ça ne l'est pas. Tout au moins, pas pour les raisons que l'on croit habituellement. Paradoxalement, la nicotine agit sur le taux d'hormones du stress en l'élevant ! Pourquoi, alors, cette sensation d'apaisement ? Il est plus probable qu'il s'agisse de l'atténuation des effets du manque, manque préalablement perçu comme un stress, car c'en est un.

« Ça fait trop longtemps que je fume, je ne peux plus arrêter ». Sur le site de Tabac infos service, on trouve une brochure qui explique : « Il n'est jamais trop tard pour arrêter, même si vous fumez beaucoup et depuis longtemps. En effet, le risque de développer une maladie grave s'atténue après l'arrêt, pour atteindre progressivement celui des non-fumeurs ».

« Les symptômes du manque sont insupportables ! » C'est possible, du moins, c'est ainsi que vous le vivez peut-être. Ne perdez pas de vue qu'il suffit de quelques semaines pour que ces symptômes s'atténuent ou disparaissent. Si vous devez subir une intervention chirurgicale nécessaire, vous supporterez sans doute cette « épreuve », sachant que votre santé en dépend et sera ensuite rétablie. Il en est de même avec le tabac. La richesse d'une vie sans nicotine mérite quelques souffrances passagères. Ne baissez pas les bras !

« Je faisais rechute sur rechute [mais] j'ai enfin arrêté pour de bon »

« En cas de rechute, je me sentirai très mal et découragé ». C'est possible. Le site déjà mentionné explique : « La plupart des anciens fumeurs ont fait plusieurs tentatives avant d'arrêter définitivement. Il n'est pas facile d'arrêter : s'y reprendre à plusieurs fois est tout à fait normal ! Si vous avez repris, ce n'est pas par manque de volonté, mais plus vraisemblablement par manque de méthode ou de soutien. C'est pourquoi il est important de réfléchir à ce qui s'est passé et d'en tirer les enseignements pour que votre prochaine tentative soit un succès ».

Un homme qui a fumé pendant 26 ans et a arrêté il y a 30 ans, raconte : « Je faisais rechute sur rechute. À chaque fois, je m'en voulais terriblement ; je me considérais comme un cas désespéré. Mais après avoir fermement décidé [de prendre toutes les dispositions utiles], j'ai enfin arrêté pour de bon »

Et si vous accompagnez un fumeur dans sa démarche de sevrage, vous pouvez le soutenir. Restez positif, même en cas de rechute. Soulignez ce qu'il a déjà accompli, et non ce qu'il a raté. Soyez indulgent et compréhensif, c'est un combat difficile. Montrez que vous appréciez ses efforts. Soyez patient en supportant au mieux les éventuelles sautes d'humeur.

Le tabac pose problème dans la vie privée et dans la vie professionnelle. Il est à l'origine de bien des maux, parfois très graves. Il est cependant possible de s'en affranchir définitivement. La vie professionnelle aussi peut devenir plus riche et plus saine sans tabac. Avec ces différents volets consacré au sujet, VR2 s'applique, outre la formation, à de l'information utile et en phase avec la société publique et professionnelle. Il s'agit bien, là aussi, de valoriser vos ressources et de révéler vos valeurs. Il est bel et bien possible de s'affranchir définitivement du tabac. Ce n'est pas seulement un coup fumant qui finira par flamber...

 

F. Huguenin - VR2


VR2 - La formation au coeur des actions

VR2

La dame accueil de VR2VR2 est un organisme de formation implanté à Toulouse et actif sur toute la France. VR2 c'est l'information et l'accompagnement dans vos projets de formation. Contactez-nous !

Document

Une jeune femme heureuse d'être libre de sa santéMédecine et chirurgie esthétique
La médecine et la chirurgie esthétiques peuvent rendre de fiers services, surtout si elles réparent des traumatismes. Lorsqu'il s'agit de simple ...

Document

Le harcèlement moral au travail
Le harcèlement moral en milieu professionnel est un autre phénomène dangereux. Il est insidieux, difficile à démasquer et surtout, à prouver. ...

Document

Conseils aux seniors
Les seniors peuvent faire démonstration de leurs réelles capacités en général, cognitives en particulier. Il semble qu'il soit à la portée de ...


Zoom formation

Formations les plus demandées

Le management inter-générationnel
Les différentes générations impliquent des différences de cultures et d'attentes. Gérer des équipes de différentes générations réclame ...


Liens

Index de la Newsletter | Archives newsletters | Toutes les formations VR2

Vers le site de VR2