Expression française

Araignée virtuelle sur la toile du net © frenta - Fotolia.com

Il y a des toiles dont on mésestime parfois les risques.

« L'homme est un animal qui lève la tête au ciel et ne voit que les araignées du plafond ».
- Jules Renard, Journal 1893 - 1898

Une araignée dans le plafond

Vous en connaissez sûrement. De ces gens un peu bizarres. On ne les dira pas fous, ni méchants, seulement un peu surprenants. Leur comportement interpelle mais ne cause pas de plus amples soucis. En principe.

Ils sont un peu dans leur monde, pas toujours en phase avec le notre. Souvent, c'est amusant, au pire, agaçant. Ils doivent avoir une araignée dans le plafond.

Comment l'araignée en vint à régner ?

Mais que vient faire l'arachnide dans cette affaire ? D'araignée nous connaissons celle qui vient faire sa toile dans nos maisons, ou entre les branches d'un arbuste. Ou encore celle qui est devenue célèbre par le biais de la bande dessinée, d'abord, des studios hollywoodiens ensuite. Et celle-là a plutôt de flatteurs atours. Non, il doit s'agir d'autre chose, où plutôt, de quelqu'un d'autre.

Revenons sur les m½urs de la bête. L'araignée, dans une maison, aime à tendre ses rets dans une encoignure, souvent en hauteur, proche ou contre le plafond. Une ménagère avisée s'emploiera à déloger l'intruse et supprimer la toile. Il est vrai que, au-delà des goûts décoratifs, une toile d'araignée visible dans une maison suppose une certaine négligence. Dans le pire des cas, c'est l'abandon, l'absence. La toile de l'araignée devient synonyme de décrépitude, de désolation, de misère.

L'expression avoir une araignée dans le plafond serait apparue au XIXe siècle. On prétend que ces sont les prostituées parisiennes qui l'introduisirent. Habituées, de gré ou de force, à la proximité des individus les plus improbables, elles en seraient venues à utiliser cette expression métaphorique pour évoquer, à l'instar d'un plafond, la boite crânienne de certains clients aux facultés mentales compromises.

Un peu fou, avoir des lubies, sans forcément un comportement gênant ou dangereux.

En transposant l'image de l'araignée et de sa toile dans ce petit contenant, cela évoque un potentiel mental en état d'abandon, de délabrement, de vacuité où des corps étrangers sont susceptibles d'élire domicile. Un tel esprit ne peut être que négligé, réduit à sa plus simple expression, dérangé, à la salubrité discutable. Dans de telles circonstances de démunition cognitive, on ne peut plus s'attendre à un comportement normal.

Certains vont un peu plus loin en soulignant que la toile d'araignée est tissée pour capturer et dévorer des proies. Vu sous cet angle, avoir une araignée dans le plafond ajoute une connotation péjorative et dangereuse. De trouble léger et innocent, le comportement dévie vers la stratégie fourbe et sournoise. Nul doute que ces dames précédemment évoquées aient pu avoir affaire à toutes les variantes, leurs lieux d'activité n'ayant pas pour réputation de rassembler les plus probes.

Il y aurait ainsi, en forçant à peine un peu, une discrète mise en garde contre ces gens aux allures un peu farfelues et d'abord non inquiétantes, et qui pourraient alors, sous des airs anodins, dissimuler de plus sombres desseins. Gare à ne pas tomber dans la toile de leur esprit.

Enfin, ne tombons pas dans de faciles excès en jetant la pierre au premier individu au comportement inhabituel. Trouver des gens bizarres est une chose, se méfier de tous est une autre paire de manches. Ne vivons-nous pas une époque extraordinaire où se côtoient les meilleures sociétés, éduquées, protégées par la science et les normes modernes ? Tout va bien. D'ailleurs, tout le monde en parle sur La Toile...

 

F. Huguenin - VR2


 

Index de la Newsletter

Archives newsletters

Vers le site de VR2

Toutes les formations VR2