N°47 - La Newsletter VR2 - Documentaire

« La vieillesse n'est autre chose que la privation de folie, l'absence d'illusions et de passion.  » – Stendhal

Lutter contre le veillissement

Deux beaux jeunes gens © Edyta Pawlowska - Fotolia.com

Le bel âge, à entretenir avec précaution.

Le vieillissement est un processus mystérieux et peu engageant. On peut prendre des mesures pour retarder ses effets négatifs et vivre cette période sereinement.

Retour de vacances. Nous voilà frais, reposés. Rajeunis. Enfin, plus ou moins, selon notre âge réel et ce que nous avons fait pendant ces vacances...

Rester jeune fait partie des aspirations les plus courantes, les plus légitimes aussi. Est-il cependant possible de retarder le vieillissement ? Pouvons-nous contrer les effets du temps ? Et pour combien de temps ?

Des chercheurs s'intéressent à la question. Ils ont examiné de près le corps humain et ont été frappé par ses capacités de régénération. Il semblerait, et c'est un amer conditionnel, que ce corps soit en mesure de durer indéfiniment... «  [Le vieillissement] reste l'un des grands mystères de la médecine », fait observer Tom Kirkwood, professeur de médecine.

Une vieille histoire

L'essentiel

  • Vieillir n'a jamais amusé personne, d'autant que le corps semble pouvoir se régénérer indéfiniment.
  • La science est optimiste et teste diverses méthodes de prolongation de la vie.
  • Un mode de vie sain et équilibré reste encore le meilleur moyen de rester jeune plus longtemps.
  • Il faudra aussi s'intéresser à ce que nous avons dans la tête.
  • Le sujet n'est pas nouveau et au fil des années et des découvertes, on a vu poindre un certrain optimisme dans la quête de l'éternelle jeunesse. Par exemple, voici quelques affirmations écrites vers la fin des années 60 :

    « La connaissance que nous acquérons par ces recherches nous fournira les armes dont nous avons besoin pour combattre notre ultime ennemie, la mort, sur son propre terrain. [Cette connaissance] mettra une immortalité relative à notre portée (...). Cela pourrait se réaliser à notre époque » — Alan Nourse, physicien et écrivain.

    « L'immortalité (dans le sens d'une vie sans fin) est techniquement accessible, non seulement à nos descendants, mais aussi à nous-mêmes ». — Robert Ettinger, La perspective de l'immortalité (angl.).

    Pour ces experts de l'époque, pas si lointaine, la question de la longévité serait probablement réglée sous peu. Il faut admettre que ces prédictions ne se sont peut-être pas complètement réalisées, même s'il y a des progrès notoires dans ce domaine. D'ailleurs, dans son livre Pourquoi nous vieillissons (angl.), Steven Austad écrit : « Aujourd'hui, lorsque des gérontologues se réunissent, leur excitation, quoique contenue, est palpable. Nous sommes sur le point de percer à jour les mécanismes de base du vieillissement ».

    Force est cependant de constater que l'on ne comprend pas bien pourquoi nos cellules cessent de se renouveler à partir d'un certain âge alors qu'elles semblaient bien parties pour le contraire. Elles sont en effet dotées de l'extraordinaire capacité de se renouveler. Jusqu'à un « certain moment »...

    « Même après des décennies de recherche, le vieillissement reste en grande partie un mystère ».

    The New Encyclopædia Britannica explique que le vieillissement n'est pas dû, à proprement parler, à une usure ou une décomposition des cellules, mais plutôt à quelque chose qui « cloche » dans leur processus de renouvellement. Elle déclare : « Même après des décennies de recherche, le vieillissement reste en grande partie un mystère. [Toutefois,] les faits semblent indiquer que le vieillissement est provoqué par un dysfonctionnement des programmes génétiques responsables du développement cellulaire. Si le vieillissement est avant tout un processus génétique, il est en théorie possible de le stopper  ». Si seulement...

    Ces propos commencent à prendre des allures de science-fiction. Mais dans « science-fiction » il y a « science » et celle-ci s'applique à trouver, ou du moins, à tester, des solutions. L'une d'entre elles est le clonage.

    Il s'agit de produire un double. Des expériences ont été conduites sur des animaux, avec un succès officiel à défaut de pouvoir le vérifier. L'idée serait de l'appliquer aux humains. On pourrait alors « dédoubler » une personne lorsque son corps présenterait des signes d'affaiblissement afin d'entamer une deuxième vie. Ou alors, changer des organes défaillants avec l'équivalent tout neuf, un peu comme on changerait une pièce défectueuse sur une voiture... On n'en est pas là, mais on y travaille.

    Autre possibilité étudiée, la cryogénisation, la congélation du corps. Louis de Funès nous a fait rire dans le film Hibernatus où un homme accidentellement congelé est ramené à la vie des dizaines d'années plus tard. Des chercheurs très sérieux estiment qu'il y des ouvertures de ce côté-là. De fait, des sociétés existent déjà assurant la congélation du corps après la mort dans l'attente de progrès scientifiques futurs permettant un retour à la vie, si possible plus longue, avec des soins performants et dans des conditions améliorées. Des attentes accessibles seulement à des comptes en banque qui, eux, n'ont rien de gelés.

    Que pouvons-nous faire ?

    En attendant, peut-être pouvons-nous au moins prendre quelques mesures à notre portée, histoire de prolonger un peu les vacances... Et parmi les grands classiques, les conclusions d'une étude menée aux Etats-Unis pendant 11 ans auprès d'environ 20 000 personnes : « Les gens qui ne fument pas, ont une activité physique, boivent avec modération et mangent au moins cinq fruits et légumes par jour vivent en moyenne 14 ans de plus que ceux qui ne présentent aucune de ces caractéristiques ». Cela nous amène à considérer des champions en matière de salubrité de vie.

    A Okinawa (Japon), on recense un nombre impressionnant de centenaires, pour la majorité « dans une forme physique extraordinaire ». Ils sont en général sveltes et vigoureux, les cas de cancers et de maladies cardiaques plutôt rares, et leurs facultés mentales remarquablement disponibles. A quelle fontaine (de Jouvence) s'abreuvent donc ces habitants ?

    D'abord, pas de tabac, peu d'alcool et une alimentation saine, pauvres en calories, riche en légumes frais et en fruits, en bonnes graisses (oméga-3, graisses mono-insaturées). Autre petit secret, des habitudes alimentaires suggérant modération quantitative. En d'autres termes, ils font ce que recommandent des spécialistes comme le docteur Bradley Willcox : « Vous devriez vous arrêter de manger dès la première sensation de satiété. Il faut compter à peu près 20 minutes avant que l'estomac ne prévienne le cerveau ».

    Outre cela, les habitants de l'île pratiquent quotidiennement le jardinage, la marche, la danse traditionnelle et d'autres activités. Autre aspect, sur lequel nous reviendrons également, ils sont plutôt optimistes, conciliants, supportent bien le stress, probablement en particulier grâce à un très haut degré d'insertion sociale. Nous venons d'énumérer là, en toute simplicité, les ingrédients de la longévité. Reprenons quelques-uns de ces éléments à notre compte.

    « C'est à l'âge de 40 ans qu'on commence à ressentir les effets de ses choix et du milieu dans lequel on a baigné »

    D'abord, il n'est jamais trop tôt pour penser à la façon dont notre vie va se modifier plus ou moins en avançant en âge. « C'est à l'âge de 40 ans, lorsque le processus de vieillissement s'accélère, qu'on commence à ressentir les effets de ses choix et du milieu dans lequel on a baigné », propos de Rocco Di Vincenzo, responsable de la diététique de l'hôpital Swinburne, à Victoria (Australie), lus dans le Daily Telegraph de Sydney.

    Les éventuels dysfonctionnements de l'organisme « ne sont peut-être pas aussi déterminants pour la santé que le mode de vie, dit-il. Nous savons à présent qu'après 40 ans la santé résulte de l'interaction entre les facteurs héréditaires et l'influence de l'environnement. D'après l'Institut national du vieillissement, 80 % des problèmes de santé chez les personnes âgées ne sont pas du tout liés à l'âge. Ils sont dus aux mauvais soins que le corps a reçus durant toute une vie, mauvais soins qui, après 40 ans, commencent à rattraper l'individu »

    Il y a donc des choses à faire (et à ne pas faire) pour conserver nos aptitudes et fonctions au mieux, même pendant longtemps. Ajoutons à cela les conclusions du New England Journal of Medicine : « Non seulement les individus ayant une bonne hygiène de vie vivront plus longtemps, mais ils retarderont l'apparition d'incapacités physiques et les limiteront aux toutes dernières années de leur vie ». Enfin, Rogério Izar Neves, spécialiste de chirurgie esthétique résume les facteurs aggravants : « Un mode de vie sédentaire, une alimentation déséquilibrée (riche en graisse notamment), le tabac, l'excès d'alcool, le stress et le manque de sommeil ». Finalement, ce n'est pas très compliqué de rester jeune...

    Mais ce n'est pas fini. D'aucuns disent que l'âge, « c'est dans la tête ». Il se peut qu'ils aient raison, au moins en partie. La tête, cela veut dire les fonctions et la condition. Il s'agit alors de préserver de bonnes facultés mentales et un bon état d'esprit. Est-ce possible et comment ? L'article suivant répondra à ces questions.

    >> Rester jeune... C'est dans la tête ?

    F. Huguenin - VR2

     

     

    VR2 recrute !

    Vous avez des compétences en formation, conseil ? Vous souhaitez intégrer l'équipe de VR2  ? Envoyez votre CV à la la direction de VR2  ! Nous examinerons votre candidature avec le plus vif intérêt.

    Recevoir la Newsletter