N°40 - La Newsletter VR2 - Vie professionnelle

« Dans l'entreprise idéale, les employés seraient non seulement capables de se parler mais également de se comprendre. »
– Theodore Zeldin

Comment garder son emploi ?

Une jeune femme attend sur un banc dans un parc. © Picture-Factory - Fotolia.com

Implication et motivation.

Trouver un emploi est difficile. Le garder l'est tout autant. Des qualités de communication, de sérieux, d'implication et d'honnêteté peuvent favoriser l'intégration et rimer avec motivation.

« Un bon employeur, ce n'est pas forcément un patron qui paie beaucoup mais un patron qui paie longtemps ». Cette remarque émane d'un travailleur intérimaire rompu aux fréquents changements d'emplois. Et à leur précarité. Or, pour être payé longtemps, encore faut-il garder son travail.

Il n'est, certes, pas toujours simple de trouver un emploi, quelles qu'en soient les raisons. Des dispositions louables sont prises par les services publics dans ce sens mais l'employé porte une grande responsabilité quant à son maintien dans l'entreprise. Il se pourrait que certains ne l'aient pas encore bien compris.

Qu'elles sont donc les aptitudes recherchées par les employeurs, aptitudes susceptibles de rimer avec pérennité ? Il y a évidemment plusieurs choses très importantes, à commencer par les compétences en adéquation avec le poste. Mais il y a aussi une série de comportements parfois simples et considérés comme fondamentaux. Les suggestions qui suivent restent valables et transférables à tous les niveaux et dans tous les milieux.

Quelles sont les qualités recherchées par un employeur ?

Un directeur des ressources humaines dans une entreprise qui compte plusieurs centaines de personnes déclare :« Ce que nous recherchons chez un employé, c'est sa capacité à communiquer et à travailler en bons termes avec les autres ». Il semble donc qu'à compétences équivalentes, la propension à des relations souples avec les collègues soit un atout majeur. On appelle cela la communication.

Communication

Un premier conseil sous ce rapport, surtout si l'on est encore nouveau dans l'entreprise, est de ne pas parler inutilement mais d'abord de bien écouter. Etre attentif à son environnement, à des instructions reçues ou à des conseils venant de plus expérimentés est un comportement constructif et souvent apprécié. Cette précaution est sans doute la meilleure garantie contre les erreurs stupides ou les malentendus. Il y en aura probablement, mais autant en diminuer la fréquence.

« Ce que nous recherchons (...) c'est sa capacité à (...) travailler en bons termes avec les autres ».

Dans le cas de travail en équipe, il est utile de s'intéresser aux fonctions des autres, à leurs tâches et à leur rapport avec les notres. Ils apprécieront cet intérêt et seront probablement heureux de collaborer si nous nous efforçons d'assumer notre part. Ce seront parfois des moments informels, comme les pauses ou les repas qui renforceront ces liens. Cela ne veut pas dire tomber dans la promiscuité ni abuser des temps de pause.

Cette orientation d'esprit permettra des échanges raisonnables avec tous. Elle limitera les discussions oiseuses, les querelles internes, les ragots désobligeants, les disputes pour le menu de la cantine.

Faites bien attention à votre façon de vous exprimer. Une bonne question mais que l'on entend pas restera sans réponse. Une remarque judicieuse peut blesser si elle est formulée trop brutalement. Un consultant en entreprise remarque : « Vous seriez étonné de savoir combien de personnes perdent leur travail non parce qu'elles manquent de compétences techniques, mais parce qu'elles ne savent pas communiquer avec les autres ».

Implication

Dans la même optique, se renseigner le plus précisément possible sur sa tâche. Existe-t-il des instructions ? De la documentation ? Des rapports ? Ou quelqu'un qui peut vous renseigner efficacement ? Ce sont autant de sources à fréquenter. Une bonne connaissance de ses attributions contribue à la motivation et à la qualité d'exécution.

L'erreur reste possible, c'est même un droit fondamental. Il faut seulement faire la différence entre une erreur fortuite, qui sera vite oubliée moyennant quelques excuses et réparation, et une erreur prévisible qui prend alors le nom de négligence. Cette dernière n'est jamais tolérée. Nous savons tous, pour l'avoir subi, que la négligence d'une seule personne induit systématiquement l'embarras de dix autres, voire plus. Quand il ne s'agit pas de compromettre la sécurité. Restez vigilant.

On ne peut évidemment pas tout savoir. Comment faire ? Il y a quelques années, un animateur célèbre a « vendu » une enveloppe contenant, selon lui, le moyen de devenir capable, efficace, et, éventuellement, riche et célèbre. Que contenait cette enveloppe ? Une seule et simple instruction : posez des questions.

Une croyance erronée veut que l'on ait « l'air idiot » en posant des questions car cela révèle notre impéritie. Mais seuls les idiots réagissent de la sorte ! Les autres savent bien que le plus intelligent est précisément celui qui pose des questions, fort du principe que c'est un des meilleurs moyens pour progresser. Cette méthode signale votre intérêt, votre application et votre désir d'apprendre. Et elle vous enrichit.

Un chef cuisinier français étoilé recevait deux stagiaires. L'un restait discret, quasi muet, supportant les remontrances avec un apparent stoïcisme. Bon point ? L'autre, une jeune fille, demandait, questionnait, réclamait respectueusement solution à ses erreurs, assez fréquentes en ce milieu difficile. C'est elle que le chef a gardée en disant que « la jeune fille s'intéress[ait] à son métier ».

Même, il peut être de bon ton de demander explicitement à son patron ou son supérieur hiérarchique son avis et ses conseils, surtout après quelques temps passés dans l'entreprise. Sans parler d'obséquiosité, cette attitude exprime une réelle intention de répondre aux attentes, de progresser. C'est un signe d'implication. L'employé y gagnera lui-même en motivation et en bonne humeur.

Sérieux

Faites tout votre possible pour arriver à l'heure sur votre lieu de travail et être opérationnel dans les temps impartis. La ponctualité semble devenir une notion toute relative, son défaut étant parfois valorisé comme une revendication d'autonomie, une capacité d'indépendance. C'est une grossière erreur. Aucun employeur ne se méprendra sur la portée d'un éventuel travers dans ce registre : sommes-nous dignes de confiance ? La réponse fera peut-être la différence entre garder notre emploi et le perdre. Le conseil vaut pour les présences aux réunions, les remises de rapports, les rendez-vous avec des clients ou des collègues. Luttez contre la procrastination.

Honnêteté

Voilà bien un chapitre qui fait parler. Etre honnête est-il réellement avantageux ? Tout dépend de ce que l'on entend et attend en termes d'avantage. Retenez néanmoins que selon une étude auprès de plusieurs milliers d'entreprises, « les qualités qui font la meilleure impression chez des candidats à un poste sont l'honnêteté et la loyauté ». Nous n'irions peut-être pas jusqu'à voler de l'argent dans la caisse ou à dérober du matériel. Mais sommes-nous bien « réglo » sur de « petites » choses comme les temps de pauses, les notes de frais et, déjà évoquée, la ponctualité ?

« Les qualités qui font la meilleure impression (...) sont l'honnêteté et la loyauté ».

Une agence pour l'emploi s'est livrée à une étude selon laquelle les indélicats du travail « volent » individuellement à leur employeur une moyenne de 4,25 heures, plus d'une demi-journée, par semaine, soit, sur un mois, l'équivalent des congés payés. Comment cela ? En arrivant en retard, en partant plus tôt, en discutant ou en fumant avec des collègues hors des temps de pauses réglementaires, eux-mêmes souvent très élastiques. S'il s'agit de laxisme, outre les considérations morales, une telle attitude rejaillira défavorablement sur d'autres aspects de la vie professionnelle. Si vous lisez cette article pendant votre temps de travail, il vous revient d'estimer s'il s'agit là d'un temps professionnel... Promis, nous ne dirons rien.

Bien entendu, même si vous êtes un employé modèle, rien ne garantit la sécurité de votre poste. D'autres paramètres qui nous resteront inaccessibles entrent aussi en ligne de compte. C'est la règle d'un jeu qui n'amuse plus personne. Néanmoins, si vous avez un travail, ce sont des moyens de le garder plus sûrement. Et même si votre situation devait changer, lors d'une recherche d'emploi, ces principes seront peut-être ceux qui feront la différence entre vous et un autre candidat.

 

F. Huguenin - VR2

VR2 recrute !

Vous avez des compétences en formation, conseil ? Vous souhaitez intégrer l'équipe de VR2  ? Ecrivez-nous ! Nous examinerons votre candidature avec le plus vif intérêt.

Recevoir la Newsletter